Forum consacré à la météorologie, à la climatologie et à la photographie

Bienvenue sur les forums de Climate Data et bonne visite ! N'hésitez pas à visiter le site http://climatedata.e-monsite.com/    

    La courbe en crosse de Hockey, que faut-il en conclure ?

    Partagez
    avatar
    PassionMétéo
    Microrafale
    Microrafale

    Saison : Néant
    Sexe : Masculin Messages : 3176
    Date d'inscription : 10/01/2013
    Age : 22
    Matériel : Nostalgie et Désarroi
    LocalisationForbach
    Humeur Humeur : En attente d'un miracle.

    La courbe en crosse de Hockey, que faut-il en conclure ?

    Message  PassionMétéo le Mer 25 Sep - 13:00

    L'argument sceptique :

    La courbe en crosse de hockey est biaisée.
    "En 2003, M. McKitrick équipe avec un ingénieur canadien, Steve McIntyre, en tentant de reproduire le tableau l'ont finalement discrédité comme un non-sens statistique. Ils ont révélé comment le tableau a été dérivé d' «erreurs de classement, la troncature injustifiée ou d'extrapolation des données de base, des données obsolètes, des calculs incorrects des composants principaux, mislocations géographiques et autres défauts graves» -. Qui affectent considérablement l'indice de température "(John McLaughlin)
    Depuis le papier de la courbe en crosse de hockey en 1998, il ya eu un certain nombre d'études et d'analyses de proxy d'une variété de différentes sources, notamment les coraux, les stalagmites, les cernes des arbres, des forages et des carottes de glace. Ils confirment tous la conclusion initiale du hockey stick:  le 20ème siècle est la  période la plus chaude depuis les 1000 dernières années et que le réchauffement a été le plus spectaculaire après 1920.
    Le «bâton de hockey» décrit une reconstruction de la température au cours des dernières 1000-2000  années en utilisant des cernes, des carottes glaciaires, les coraux et autres documents qui agissent comme des proxies pour la température (Mann, 1999). La reconstruction a constaté que la température mondiale a refroidi progressivement au cours des 1000 dernières années, avec une forte reprise au 20e siècle. Le principal résultat de la crosse de hockey est que les températures mondiales au cours des dernières décennies sont les plus chaudes depuis les 1000 dernières années.



    Figure 1: les changements de température de l'hémisphère Nord estimés à partir des divers documents de sollicitation de procurations affichés en bleu (Mann, 1999). Données instrumentales apparaissent en rouge. Notez la grande incertitude (zone grise) plus vous allez  loin dans le temps.

    Une critique de la crosse de hockey a été publié en 2004 (McIntyre 2004), affirmant que la forme de crosse de hockey était le résultat inévitable de la méthode statistique utilisée (analyse en composantes principales). Ils ont également affirmé que les températures supérieures au 15ème siècle ont été tirées d'un enregistrement de proxy de pins à cônes épineux. Ils ont conclu que la forme de crosse de hockey n'était pas statistiquement significative.

    Une évaluation indépendante de cla rosse de hockey de Mann a été menée par le National Center for Atmospheric Research (Wahl 2007). Ils ont reconstruit des températures en employant une variété de techniques statistiques (avec et sans analyse en composantes principales). Leurs résultats ont trouvés des T légèrement différentes  dans le début du 15ème siècle. Cependant, ils ont confirmé les principaux résultats de la crosse de hockey d'origine - que la tendance au réchauffement des températures au cours des dernières décennies sont sans précédent sur ,​​au moins, les 600 dernières années.



    Alors que beaucoup continuent à se focaliser sur les premiers travaux de Mann sur les dossiers proxy, la science de la paléoclimatologie a évolué. Depuis 1999, il ya eu de nombreuses reconstructions indépendantes des températures passées, en utilisant une variété de données proxy et un certain nombre de méthodes différentes. Toutes ont trouver le même résultat - que les quelques dernières décennies sont les plus chaudes depuis les 500 à 2000 dernières années (selon le degrés temporel étudié ). Quels sont les procurations qui sont utilisés pour déterminer la température passé ?

    Les changements de la température de surface envoient des ondes thermiques souterraines, avec un refroidissement ou un réchauffement de la roche souterraine. Pour suivre ces changements, les mesures de température souterraines ont été examinés sur plus de 350 trous de forage en Amérique du Nord, en Europe, en Afrique australe et en Australie (Huang 2000). Les reconstructions de forage ne ​​sont pas en mesure de donner une variation à court terme, ce qui donne seulement les tendances du siècle. Ils trouvent que le 20e siècle est le plus chaud des cinq derniers siècles avec la tendance au réchauffement plus forte depuis 500 ans.



    Les stalagmites (ou concrétions) sont formées à partir des eaux souterraines dans les cavernes souterraines. Comme ils sont bagués chaque année, l'épaisseur des couches peut être utilisé comme proxies climatiques. Une reconstitution de la température dans l'hémisphère Nord de stalagmites montre que si la plage d'incertitude (en gris) est importante, la température dans le dernier 20ème siècle dépasse l'estimation maximale au cours des 500 dernières années (Smith 2006).



    Les archives historiques de la longueur des glaciers peuvent être utilisés comme un indicateur de la température. Comme le nombre de glaciers surveillés diminue dans le passé, l'incertitude grandit en conséquence. Néanmoins, les températures dans les dernières décennies dépassent la plage d'incertitude au cours des 400 dernières années (Oerlemans 2005).



    Bien entendu, ces exemples ne remontent qu'à environ 500 ans - Cela ne couvre même pas la Période Chaude Médiévale. Lorsque vous combinez les différents proxy, y compris les carottes glaciaires, les coraux, les sédiments lacustres, des glaciers, des forages et des stalagmites, il est possible de reconstituer les températures de l'hémisphère Nord sans les cernes allant jusqu'à 1300 années (Mann 2008) en arrière. Le résultat est que les températures des dernières décennies dépassent l'estimation des proxy maximum (y compris la zone d'incertitude) pour les 1300 dernières années. Lorsque vous incluez des données sur les cernes, le même résultat est valable pour les 1700 dernières années.



    La paléoclimatologie s'appuie sur une gamme de procurations et les méthodologies pour calculer les températures du passé. Cela permet une confirmation indépendante du résultat de base du bâton de hockey: que les dernières décennies sont les plus chaudes depuis les 1300 dernières années au moins.

    http://www.skepticalscience.com/broken-hockey-stick.htm
    avatar
    PassionMétéo
    Microrafale
    Microrafale

    Saison : Néant
    Sexe : Masculin Messages : 3176
    Date d'inscription : 10/01/2013
    Age : 22
    Matériel : Nostalgie et Désarroi
    LocalisationForbach
    Humeur Humeur : En attente d'un miracle.

    Re: La courbe en crosse de Hockey, que faut-il en conclure ?

    Message  PassionMétéo le Ven 27 Sep - 15:02

    PassionMétéo a écrit: les dernières décennies sont les plus chaudes depuis les 1300 dernières années au moins.
    Pour mettre un peu à jour parce que l'article date de 2010 ^^

    En gros les dernières recherches suggèrent que le réchauffement actuel est sans précédent depuis 100 000 ans environs.

    http://www.sciencemag.org/content/287/5451/269.short

    La dernière fois qu'on a eu aussi chaud c'est sur le dernier IG, à l'Eémien il y a 100000 ans environs. Y'avait un post de paix à ce sujet :

    http://www.forums.meteobelgium.be/index.php?showtopic=1852&pid=470751&st=1940&#entry470751

    Ils ont toujours leur image sympa de la T globale :

    http://img689.imageshack.us/img689/1272/l2fx.jpg

    Sur la période récente ils ont une résolution assez faible, on voit donc moins bien ce qui se passe, mais leurs données recoupent largement celles d'autres gars, comme Marcot et al. 2013 :



    On notera que la "pause" récente du RC a disparu pour la bonne et simple raison que ce n'est pas quelques pouillèmes en moins de °C/an qui changera quoique soit. Même le "refroidissement" des années 60 passe à la trappe, pour la même raison. Climatologiquement, il n'existe pas.

    Avec la conclusion, toujours la même, que la dernière décennie 2001-2010 vient de fumer le maximum de l'Holocène. Pour les fou furieux nostalgiques de la banquise jusqu'à Bordeaux on notera que la T globale est tombé à ~ 9.5°C il y a 18 000 ans.

    Sur la courbe, si on ajoute seulement 1.5°C qui correspondrait à un réchauffement total d'à peine plus de 2°C, on tombe à 16°C au global, et on pulvérise l'Eémien au passage et on retourne au niveau du Pliocène.

      La date/heure actuelle est Mer 24 Jan - 5:41