Forum consacré à la météorologie, à la climatologie et à la photographie

Bienvenue sur les forums de Climate Data et bonne visite ! N'hésitez pas à visiter le site http://climatedata.e-monsite.com/    

    La dérive Nord Atlantique à L'Eemien

    Partagez
    avatar
    PassionMétéo
    Microrafale
    Microrafale

    Saison : Néant
    Sexe : Masculin Messages : 3176
    Date d'inscription : 10/01/2013
    Age : 23
    Matériel : Nostalgie et Désarroi
    LocalisationForbach
    Humeur Humeur : En attente d'un miracle.

    La dérive Nord Atlantique à L'Eemien

    Message  PassionMétéo le Mer 26 Fév - 20:45

    Je traduirais prochainement un article à ce sujet, j'ai juste créer le sujet pour ne pas oublier lol!

    Philippe69
    Cumulonimbus calvus
    Cumulonimbus calvus

    Messages : 623
    Date d'inscription : 09/01/2013

    Re: La dérive Nord Atlantique à L'Eemien

    Message  Philippe69 le Mer 26 Fév - 21:06

    Ah oui, cela m'intéresse. study
    avatar
    Emmsoleil
    Multicellulaire
    Multicellulaire

    Sexe : Masculin Messages : 1351
    Date d'inscription : 06/01/2013
    Age : 44
    LocalisationLONGWY - Nord 54
    Humeur Humeur : Que les gens soient heureux !

    Re: La dérive Nord Atlantique à L'Eemien

    Message  Emmsoleil le Mer 26 Fév - 23:00

    Philippe69 a écrit:Ah oui, cela m'intéresse. study

    Moi aussi Wink 
    avatar
    PassionMétéo
    Microrafale
    Microrafale

    Saison : Néant
    Sexe : Masculin Messages : 3176
    Date d'inscription : 10/01/2013
    Age : 23
    Matériel : Nostalgie et Désarroi
    LocalisationForbach
    Humeur Humeur : En attente d'un miracle.

    Re: La dérive Nord Atlantique à L'Eemien

    Message  PassionMétéo le Jeu 27 Fév - 10:38

    Voilà le pavé Razz

    Le dernier interglaciaire , également connu sous l'Eémien en Europe , était beaucoup plus chaud qu'aujourd'hui dans les grandes régions de l'hémisphère Nord , et peut-être autour de 1 ° C plus chaud à l'échelle mondiale . La principale raison de ce climat plus chaud est une quantité accrue d'énergie du Soleil reçue sous les latitudes nordiques élevées en raison de la configuration orbitale de la Terre , de plus la Terre avait une capacité accrue pour absorber la chaleur en raison de modifications de la végétation et des réduction de la couverture de glace et de neige . Ce climat plus chaud a conduit à une fonte importante du Groenland et des inlandsis de l'Antarctique . En plus de contribuer à une élévation du niveau de la mer de plusieurs mètres, le volume d'eau lié à la fonte allant dans l'océan a également eu un effet sur le climat .

    Il est connu depuis longtemps que le Gulf Stream joue en partie dans le maintien d'un climat doux en Europe du Nord par le transport de la chaleur loin dans l'Atlantique Nord. Le Gulf Stream fait partie d'un système de circulation plus large appelé l'AMOC ) . L' AMOC est étroitement liée à la circulation thermohaline , qui est entraînée par des changements de température et de salinité . L'AMOC comprend l'action du vent , ainsi que les changements de densité lié aux différences de température et de salinité afin de mettre en mouvement les courants océaniques.



    Figure 1: L'AMOC ( Atlantic Meridional Oceanic Circulation ) aujourd'hui.

    Au cours des dernières années il y'a eu un grand débat sur ​​la façon dont le réchauffement climatique peut avoir un impact sur le Gulf Stream et l'AMOC . Une considération majeure est la possibilité d'un ralentissement ou d'un arrêt de l'AMOC en réponse à l'eau douce de la fonte de la calotte glaciaire du Groenland , ce qui diminue la densité des eaux de surface et met les freins sur la composante thermohaline de l'AMOC . L' AMOC a une influence considérable sur le climat européen grâce au transport de chaleur vers le nord par le Gulf Stream et un ralentissement ou un arrêt de l'AMOC pourrait avoir un impact important sur ​​le climat et même provoquer des changements climatiques soudains ( Alley et al , 2002; Alley , 2007) . Le rapport d'évaluation du GIEC a examiné divers modèles , et donne une estimation d'un ralentissement de 50% de l'AMOC d'ici 2100 , mais aucun modèle ne prédit un arrêt complet . Des études plus récentes confirment l'opinion qu'il est très peu probable que l'AMOC subira une transition abrupte ce siècle ( Allison et al . , 2009) . Bien que , entre 1957 et 2004 il ya des indications d'un ralentissement de 30% dans l'AMOC autour de 25N ( Bryden et al . , 2005), Keenlyside et al . (2008 ) prévoit que l'AMOC va s'affaiblir au cours de la prochaine décennie , mais ils soutiennent que de grandes incertitudes existent dans les mesures précédentes de la variabilité de l'AMOC due à une mauvaise observation et modélisation des analyses . Récemment, Willis (2010 ) ont utilisé des observations satellitaires d'observations de la hauteur de surface de la mer et des vitesse des bouées , en mesurant aussi la salinité et la température de l'océan Atlantique à 41N et n'a constaté aucun changement significatif dans la force de l'AMOC entre 2002 et 2009 . Malgré les fluctuations interannuelles , les observations montrent qu'il est peu probable qu'il y'ai eu un ralentissement significatif de l'AMOC au cours des 20 dernières années .

    L'eau douce de surface joue un rôle important pour la circulation de l'océan par son influence sur la formation des masses d'eau profondes . Une forte circulation profonde peut étendre vers le nord le transport de chaleur lié à l'AMOC , tandis qu'une circulation profonde faible peut favoriser moins de transport de chaleur vers le nord ( Born et al . , 2009) . Barreiro et al . (2008 ) ont constaté que les eaux du nord de l'Atlantique ont rafraîchi rapidement au cours des dernières décennies et la chaleur transportée vers le nord par la circulation thermohaline a diminué . Il est prévu que ce rafraîchissement pourrait augmenter encore à cause des précipitations intensifiées aux haute latitude et à cause de l'eau de fonte des glaciers liée au réchauffement climatique . Vellinga et al . (2008 ) ont examiné divers résultats des modèles qui tentent de quantifier comment l'AMOC répond à différents flux d'eau de fonte du Groenland . Dans un modèle avec un flux d'eau douce suffisant, un arrêt de l'AMOC a été créé , ce qui a entraîné un refroidissement de la température de l'air en surface de 15 ° C sur les mers de Norvège et de Barents , avec un moindre degré de refroidissement sur l' ensemble de l'hémisphère . La plupart des modèles qui étudient les scénarios de gaz à effet de serre prédisent que l'AMOC va ralentir en conséquence ( Driesschaert et al , 2007; . Meehl et al , 2007. ) . Cependant, d'autres résultats des modèle suggèrent que les aérosols anthropiques peuvent avoir retardé un affaiblissement de l'AMOC induit par les gaz à effet de serre en réfléchissant le rayonnement solaire entrant et compensant partiellement le réchauffement dû aux gaz à effet de serre .

    L'AMOC dans le passé

    Hodell et al . (2009 ) présentent des preuves d'un ralentissement de l'AMOC pendant la première partie de la dernière période interglaciaire via des données indirectes prises des noyau de sédiments marins dans le bassin de l'Islande . Ils suggèrent que la vitesse ralentie du courant peut avoir été le résultat d'un flux d'eau de fonte qui a augmenté dans les mers nordiques en raison de l'insolation estivale. Leurs résultats indiquent que le ralentissement de la circulation s'est produit lorsque le climat était plus chaud que le présent et l' inlandsis du Groenland était en retrait . Ce ralentissement est étayée par des études de modélisation informatique du dernier interglaciaire , qui estime que l'AMOC était ~ 20 % plus faible entre 127 et 125 ka ( Groger et al . , 2007) . Avec l'utilisation de pollen à partir des reconstructions climatiques , Field et al . (1994 ) suggèrent que l'instabilité de l'AMOC du à l'insolation d'été élevé et à l'augmentation des précipitations a pu conduire à des hivers froids en Europe du Nord . Cependant , cette situation a pris fin lorsque le flux d'eau douce de la calotte de glace à diminuer et qu'une circulation thermohaline nouvellement amélioré dans l'Atlantique était susceptible d'avoir étendu la chaleur vers le nord au cours de la dernière partie du dernier interglaciaire . Ce transport de chaleur supplémentaire peut également avoir augmenté les chutes de neige dans les régions arctiques grâce à une meilleure évaporation et de précipitations augmentées, ce qui facilite le retour à des conditions glaciaires par la suite( McManus et coll . , 2002).



    Figure 2: AMOC de la première partie de l'Eémien ( illustration par jg Source pour la topologie de la Terre : . NASA / JPL- Caltech )

    Selon Felis et al. (2004 ) , les principaux facteurs qui influent sur la variabilité du climat dans l'hémisphère Nord sont l'oscillation arctique et l'oscillation nord- atlantique , qui sont des zones de différences de pression atmosphérique qui peuvent guider les systèmes météorologiques sur une base saisonnière . L' oscillation nord-atlantique est une fluctuation de la pression atmosphérique mesurée entre l'Islande et les Açores , qui permet de déterminer les conditions météorologiques saisonnières de l'Europe , l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient . Une différence de pression importante dans l'Oscillation Nord Atlantique provoque généralement un Gulf Stream à débit plus fort , apportant un temps plus chaud et plus humide en Europe . Une faible différence de pression (un état de faible indice ) fait le contraire , avec un temps généralement sec et plus frais en Europe . L' oscillation arctique peut déterminer les méandres du jet stream , en gardant l'air froid polaire pris au piège dans l'Arctique ( AO+ ), ou en apportant de l'air froid polaire en Europe (AO-) . Un enregistrement de climat de la dernière période interglaciaire via des coraux dans la mer Rouge montrent des signes d'un état ​​à haut indice de l' oscillation nord-atlantique conduisant à une augmentation saisonnière entre les températures d'hiver et d'été dans le Moyen-Orient par rapport à aujourd'hui . Les températures plus chaudes d'été ont été le résultat direct de l'augmentation de l'insolation d'été , avec des hivers plus froids pouvant être liés à des influences de l'oscillation nord- atlantique provoquant l'augmentation de l'advection d'air froid du Nord .



    Figure 3: Anomalie de température en été et en hiver.

    Lisiecki et al. (2008 ) ont analysé les réponses de l'AMOC à l'orbite via des proxys et a constaté que l'AMOC est sensible aux maxima dans l'obliquité et la précession des composantes de l'orbite de la Terre autour du Soleil. La composante de l'AMOC dans les mers nordiques montrent des signes de réponses rapides au forçage orbital .

    La North Atlantic Deep Water ( NADW ) est une masse distincte d' eau profonde et froidement salée, qui laisse derrière elle une saumure dense qui s'enfonce et contribue à la circulation thermohaline . Un lien entre excentricité orbitale de la Terre et production de la NADW indique qu'une haute excentricité conduit à une faible production de NADW et vice versa ( Crowley et Kim (1992 ) . Cette influence orbitale peut peut-être s'expliquer par des changements de localisation des forts contrastes de température entre la terre et la mer . Une faible production de NADW diminuera la circulation thermohaline. Certains modèles climatiques du dernier interglaciaire indiquent qu'un état à haut indice de l' oscillation nord-atlantique , qui apporte des étés frais et des hivers doux en Europe , est favorisée en raison de la configuration des paramètres orbitaux . Une circulation moins vigoureuse dans l'Atlantique a été associée à des phases positives de l'Oscillation Nord Atlantique . Si l'insolation estivale au début du dernier interglaciaire va en faveur d'une persistance positive de l' oscillation nord-atlantique , alors cela peut avoir contribué à ralentir la circulation à partir de ~ 128 à 124,5 ka . ( Hodell et al . , 2009).

    Seidenkrantz & Knudsen (1997) ont proposé que le niveau de la mer pourrait avoir permis à l'eau chaude de la dérive nord-atlantique, qui fait suite au Gulf Stream, de passer à travers la Manche dans la mer du Nord au cours du dernier interglaciaire. Une forte dérive nord-atlantique augmenterait le débit d'eau chaude dans la mer du Nord. Les températures de surface dans la Manche était de 1 à 3 ° C plus chaude au dernier interglaciaire par rapport à aujourd'hui, alors que dans le Kattegat entre le Danemark et la Suède, les températures de surface de la mer ont augmenté de 8 ° C de plus qu'aujourd'hui. Ces températures de surface plus élevées peuvent être expliqués par une dérive de l'Atlantique Nord plus fort, et des connexions ouvertes entre la mer du Nord et la mer Blanche en raison de la hausse du niveau des mers et la formation de la mer Eémien (Burman & Passe, 2008).



    Figure 4: AMOC au cours de la fin de l' Eémien

    Pelejero et al (2003 ) présentent la température de surface de la mer à l'ouest de la Nouvelle-Zélande qui couvre la dernière période interglaciaire . Ils trouvent que la température de surface de la mer était à 4.5C plus chaudes qu'actuellement et que le gradient de température de latitude pour le sud-ouest du Pacifique est conforme à la persistance de La Nina et les conditions positives de l'indice d'oscillation australe . Ils mettent en évidence d'autres preuves via des coraux en Indonésie et en Papouasie-Nouvelle- Guinée qui indiquent que la variabilité de l'oscillation australe (ENSO ) a été poussé vers des événements plus extrêmes La Nina pendant le dernier interglaciaire par rapport à l' Holocène préindustrielle . Selon Hughen et al. (1999 ) , l'analyse isotopique de corail fossile en Indonésie à partir de 124 ka suggèrent une variabilité ENSO robuste qui correspond au comportement de l'ENSO dans le passé récent .

    http://www.skepticalscience.com/LIG4-3008.html

    Philippe69
    Cumulonimbus calvus
    Cumulonimbus calvus

    Messages : 623
    Date d'inscription : 09/01/2013

    Re: La dérive Nord Atlantique à L'Eemien

    Message  Philippe69 le Jeu 27 Fév - 17:53

    Formidable. cheers 
    avatar
    PassionMétéo
    Microrafale
    Microrafale

    Saison : Néant
    Sexe : Masculin Messages : 3176
    Date d'inscription : 10/01/2013
    Age : 23
    Matériel : Nostalgie et Désarroi
    LocalisationForbach
    Humeur Humeur : En attente d'un miracle.

    Re: La dérive Nord Atlantique à L'Eemien

    Message  PassionMétéo le Jeu 27 Fév - 18:01

    Philippe69 a écrit:Formidable. cheers 

    Merci  Smile 

    Contenu sponsorisé

    Re: La dérive Nord Atlantique à L'Eemien

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 25 Sep - 5:03