Forum consacré à la météorologie, à la climatologie et à la photographie

Bienvenue sur les forums de Climate Data et bonne visite ! N'hésitez pas à visiter le site http://climatedata.e-monsite.com/    

    Le CO2 ne cause t'il que 35 % du réchauffement ?

    Partagez
    avatar
    PassionMétéo
    Microrafale
    Microrafale

    Saison : Néant
    Sexe : Masculin Messages : 3176
    Date d'inscription : 10/01/2013
    Age : 22
    Matériel : Nostalgie et Désarroi
    LocalisationForbach
    Humeur Humeur : En attente d'un miracle.

    Le CO2 ne cause t'il que 35 % du réchauffement ?

    Message  PassionMétéo le Jeu 3 Oct - 12:38

    L'argument sceptique :

    Le CO2 ne provoque que 35% du réchauffement climatique.
    Le CO2 ne tient meme pas compte d'une majorité du réchauffement constaté au cours du siècle passé. (Doug Hoffman)
    L'article commentée par Penner et al. sur lequel cet argument est fondé dit en fait que sur le dessus du réchauffement climatique causé par le dioxyde de carbone, d'autres polluants à courte durée de vie (tels que le méthane et le dark carbone) provoquent un réchauffement supplémentaire d'environ 65% autant que le CO2, et d'autres de courte durée de vie (tels que les aérosols) provoquent également un refroidissement. Toutefois, en affirmant que le CO2 a seulement causé 35% du réchauffement climatique est une mauvaise interprétation et de l'incompréhension du papier.

    En Août 2010, la Nature publiait un commentaire de Penner et al. qui a porté principalement sur ​​l'incertitude concernant l'effet des polluants de courte durée (tels que les aérosols et le dark carbone) sur le climat. Comme c'est souvent le cas, beaucoup dans la blogosphère ont mal interprété et mal compris les déclarations et les conclusions contenues dans le commentaire. Voici la citation la plus méconnue, en mettant l'accent sur ​​le mot clé.

    "Parmi les espèces à vie courte, le méthane, l'ozone troposphérique et le noir de carbone sont des contributeurs clés au réchauffement climatique, en augmentant le forçage radiatif du dioxyde de carbone de 65% . Tels que le sulfate, nitrate et les aérosols organiques - provoquent un forçage radiatif négatif, compensant une fraction de l'échauffement dû à l'anhydride carbonique ".

    De nombreux blogs ont (mal) interprété cette déclaration qui signifie que le dioxyde de carbone est seulement à l'origine de 35% du réchauffement climatique comme on le croyait auparavant. Une lecture plus précise de la citation, c'est que certains polluants de courte durée provoquent un réchauffement en plus du dioxyde de carbone - quantitativement, environ 65% de ce que représente le réchauffement par le CO2. Et certaines autres espèces à vie courte provoquent un effet de refroidissement qui compense certains de ce réchauffement.

    Ce n'est pas une nouvelle conclusion. Le GIEC met le forçage radiatif du CO2 à 1,66 W/m2, par rapport au forçage des autres gaz à effet de serre, le noir de carbone et l'ozone troposphérique à environ 1,4 W/m2. De même, le forçage négatif des aérosols est d'environ -1.2 W/m2.



    Ainsi, quoi que ce soit, le chiffre de 65% est une sous-estimation des apports de polluants à courte durée de vie du réchauffement climatique, mais cette contribution ne modifie pas les 1,66 W/m2 de forçage radiatif du CO2 ou le montant du réchauffement climatique qu'il a provoqué.

    Beaucoup de bruit a également été fait sur ​​une autre citation du commentaire:

    "Le réchauffement au cours des 100 dernières années est compatible avec la sensibilité du climat élevé de dioxyde de carbone atmosphérique associée à un effet de refroidissement de polluants aérosols de courte durée, mais il pourrait également être attribué à une sensibilité du climat bas couplé avec un petit effet des aérosols. Ces deux possibilités conduisent de très différentes projections du changement climatique futur. "

    Cette déclaration arrive au point principal du commentaire - qu'il subsiste une grande incertitude quant à l'effet de ces polluants de courte durée sur le climat mondial. Toutefois, les estimations de la sensibilité du climat planétaire à l'augmentation du CO2 atmosphérique et d'autres forçages radiatifs ne reposent pas uniquement sur ​​la variation de la température moyenne mondiale au cours des 100 dernières années. En fait, le paramètre de sensibilité climatique a été estimé par différentes méthodes, y compris :

    Les modèles climatiques
    les récentes réponses aux grandes éruptions volcaniques
    les réponses récentes à des cycles solaires
    les données paléoclimatiques
    les données du dernier maximum glaciaire
    et oui, des Données de la période instrumentale
    Toutes ces différentes méthodes montrent une forte accord, qui se chevauchent dans le domaine de la sensibilité du climatdu GIEC de 2 à 4,5 ° C pour un doublement du CO2 atmosphérique (2xCO2).



    Fait intéressant, Penner et al. constatent que si le paramètre de sensibilité climatique est à l'extrémité basse ou haute, la réduction des émissions anthropiques de polluants de chauffage de courte durée permettrait d'atteindre une réduction significative de réchauffement de la planète au cours des 50-100 prochaines années. Dans les lignes rouges dans la Figure 3, ils emploient un modèle climatique avec une sensibilité de 5 ° C pour 2xCO2, légèrement en dehors de la fourchette probable du GIEC. La ligne bleue est un modèle climatique avec une sensibilité de 2 ° C pour 2xCO2, à l'extrémité inférieure de la fourchette du GIEC. Notez que même avec la sensibilité du climat inférieur, le modèle montre la planète avec un réchauffement de 3 ° C d'ici à 2100 dans ce scénario d'émissions (voir la légende de la figure pour plus de détails).



    Malheureusement, la réduction des polluants de refroidissement de courte durée tels que les aérosols provoquerait un effet de réchauffement du même ordre, et ainsi le CO2 reste le principal polluant préoccupant. Par coïncidence, un groupe de scientifiques de la NASA GISS vient de publier un article dans Science intitulé CO2 atmosphérique: Principal Bouton de commande des gouverneurs de la température de la Terre.

    Bien qu'il soit important de réduire les incertitudes du climat restants, tels que l'ampleur de l'impact des polluants à courte durée de vie, elle ne change pas le fait que le CO2 est très probablement la force motrice derrière le réchauffement climatique en cours, ou que si on double la quantité de CO2 dans l'atmosphère par rapport aux niveaux pré-industriels, la planète va probablement se réchauffer dans la fourchette de 2 à 4,5 ° C.

    http://www.skepticalscience.com/co2-warming-35-percent.htm

      La date/heure actuelle est Mer 24 Jan - 5:46