Forum consacré à la météorologie, à la climatologie et à la photographie

Bienvenue sur les forums de Climate Data et bonne visite ! N'hésitez pas à visiter le site http://climatedata.e-monsite.com/    

    Pourquoi le niveau de la mer à chuté en 2010 ?

    Partagez
    avatar
    PassionMétéo
    Microrafale
    Microrafale

    Saison : Néant
    Sexe : Masculin Messages : 3176
    Date d'inscription : 10/01/2013
    Age : 23
    Matériel : Nostalgie et Désarroi
    LocalisationForbach
    Humeur Humeur : En attente d'un miracle.

    Pourquoi le niveau de la mer à chuté en 2010 ?

    Message  PassionMétéo le Jeu 3 Oct - 12:21

    L'argument sceptique :

    Le Niveau de la mer a chuté en 2010.
    La grande baisse du niveau de la mer en 2010 signifie que les projections du GIEC  de niveau de la mer ont tort.
    Les fluctuations du niveau de la mer pendant El Niño (hausse) et La Niña (en baisse) sont le résultat de grands échanges d'eau entre la terre et l'océan sous forme de pluie et de neige. Cela équivaut en moyenne à zéro au fil du temps. Elle n'affecte pas l'élévation du niveau de la mer à long terme, qui vient de la fonte des inlandsis, des glaciers et la dilatation thermique.

    Basique

    Le Cherrypick consiste à prendre une petite période de données au cours de laquelle le bruit à court terme a freiné la pente à long terme.

    Ignorer la tendance à long terme

    Refuser d'examiner les raisons derrière le changement à court terme.
    Les "sceptiques" ont utilisé la même stratégie exacte de cacher la pente des températures de surface mondiales, les températures de la basse troposphère, et le contenu thermique de l'océan. Nous avons constaté que un moyen efficace pour révéler la supercherie de ces arguments est avec un GIF animé, en comparant les données à long terme avec le cherry picking du court-terme.La Figure 1 fait cette comparaison pour les données de niveau de la mer en moyennes mondiales au cours de l'enregistrement radar altimiter satellite (depuis 1993) de l'Université du Colorado. La première image montre l'ensemble du dossier, le second montre quatre périodes de niveau moyen de la mer ou en déclin, et la troisième montre le plus récent déclin à court terme.



    Cause de la baisse à court terme

    La Figure 1 confirme que oui, le niveau global moyen de la mer a diminué légèrement au cours de la dernière année, et même un peu plus que les baisses à court terme précédentes. Mais un vrai sceptique devrait demander ce qui a causé cette baisse à court terme, d'autant qu'il semble contre-intuitif. Après tout, la glace terrestre continue à fondre rapidement, et les océans continuent à se réchauffer rapidement (dilatation thermique de l'eau de mer contribue à l'élévation du niveau de la mer). Alors, qu'est ce qui a freiné la hausse à long terme du niveau de mer illustré à la figure 1 ?

    Comme sks l'a déjà signalé, les climatologues attribuent le déclin à court terme à de graves inondations en 2010. Cette période a également vu une forte cycle de La Niña, qui se traduit généralement par une augmentation de la pluie et la neige qui tombe sur la terre, ce qui correspond à une baisse du niveau des mers. 2009-2011 a vu des déluges épiques à travers le monde, des pays comme le Pakistan, le Sri Lanka, l'Australie, les Philippines, le Brésil, la Colombie et les États-Unis ont été martelé avec des inondations extrêmes. La figure 2 illustre où l'eau a disparu.



    L'eau à saveur de cerise

    En bref, les arguments que l'élévation du niveau de la mer a arrêté se fondent sur les mêmes vieux trucs fatigués des "sceptiques" de cherrypicking  à court terme et d'ignorer la tendance à long terme. Nous savons que le réchauffement des océans et la fonte des glaces entraînera le niveau de la mer à augmenter sur le long terme, et la seule raison pour laquelle l'élévation du niveau de la mer a temporairement ralenti, c'est qu'il y avait tellement d'inondation en 2010 - à peine un résultat digne d'être célébrée. Tant que les humains continuent à réchauffer la planète en augmentant la quantité de GES dans l'atmosphère, on peut s'attendre à la montée du niveau de la mer à long terme pour continuer.

    D'ailleurs depuis 2010 on a bien récupéré de ce creux :



    Intermédiaire

    Les 18 derniers mois ont vu des déluges épiques à travers le monde, des pays comme le Pakistan, le Sri Lanka, l'Australie, les Philippines, le Brésil, la Colombie et les États-Unis qui ont été martelé avec des inondations extrêmes. Il faudra un certain temps pour que les études sur ces épisodes viennent à apparaître dans la littérature scientifique,  comment la récente vague d'inondations massives peut s'empiler dans un contexte historique n'est pas encore connue.

    Un récent communiqué de nouvelles sur le NASA Jet Propulsion Lab, qui a été re-publié ici chez SKS, contribue à mettre l'extrême inondations en perspective - autant de pluie et de neige est tombé sur la terre dans la période allant de Mars 2010-Mars 2011 qu'elle a contribué à une baisse importante du niveau de la mer dans le monde. Mais ce n'est qu'un effet temporaire, car l'eau est échangé entre va-et-vient entre les continents et les océans, et ne modifie pas la hausse à long terme du niveau de la mer qui résulte du réchauffement des océans et la fonte des icesheets polaires et des glaciers à travers le monde .

    http://www.skepticalscience.com//pics/sealeveldropin2010.jpg

    Les fluctuations à court terme du niveau de la mer

    Peut-être un processus mal compris, sur les blogs du climat, est le grand échange d'eau entre l'océan et la terre sur des périodes courtes (mois / années), ce qui est illustré dans l'article JPL NASA. D'énormes volumes d'eau sont évaporés dans les océans du monde, et comme la capacité de rétention de l'atmosphère est faible par rapport à la terre et océan, cette eau évaporée se termine finalement par revenir dans l'océan, ou sur la terre, sous la forme soit d'eau, de neige ou de la glace.

    Chaque année, il ya des fluctuations saisonnières du niveau global de la mer qui sont causés par échange d'eau dans les deux sens entre la terre, l'atmosphère et l'océan, et le chauffage asymétrique des deux hémisphères. Parce que la plupart des terres émergées de la planète se trouve dans l'hémisphère nord, une grande quantité d'eau est stockée en hiver sous forme de glace, de neige et de l'eau, ce qui se traduit par une augmentation de stockage de l'eau terrestre. Dans le même temps, l'hémisphère sud est incliné vers le soleil, et parce qu'elle est principalement recouverte d'océan, le soleil chauffe un énorme bassin d'eau, la création d'une élévation du niveau de la mer par dilatation thermique. Le résultat final de ces deux processus est la variation ci-dessous, et qui se traduit par des fluctuations du niveau de la mer saisonnières de 6 - 9mms.



    La contribution maximale de la masse d'eau dans les océans mondiaux se produit généralement en Septembre à la fin de l'été dans l'hémisphère Nord quand de l'eau, stockée dans manteau neigeux, les sols, les lacs, les rivières, les sols et la végétation, est réinjectée dans l'océan. Et la composante thermique de pointe (expansion des océans du réchauffement) se produit en Avril, à la fin de l'été austral - lorsque la vaste étendue de l'océan Austral est exposé à un plus grand chauffage solaire. Le sommet annuel du niveau global de la mer correspond à l'hémisphère Nord le ruissellement de l'eau dans les océans, ce qui est le plus fort des deux signaux sur une base d'année en année. Voir Willis (2008) et Leuliette et Willis (2011) pour un aperçu.

    Vous noterez la différence avec la figure 1, qui a  le «signal saisonnier» enlevée pour montrer la tendance à long terme. Il devrait être évident à la fois de la figure 1 et 2, que, malgré les fluctuations importantes à court terme, ces fluctuations ne sont que temporaires. Le niveau des mers continuent à augmenter à mesure que les océans se réchauffent, et que plus de masse d'eau est ajoutée dans les océans via la fonte des calottes glaciaires et des glaciers terrestres.

    ENSO et niveau de la mer

    Des volumes massifs d'eau sont également échangées entre la terre et l'océan en rapport avec les phases El Niño, La Niña et El Niño. Au cours de La Nina il ya généralement une augmentation de la pluie et la neige qui tombe sur la terre, ce qui correspond à une baisse du niveau des mers. Avec El Nino, il y'a le réchauffement de l'atmosphère, le dessèchement d'une grande partie de la surface terrestre mondiale et le déplacement des précipitations sur l'océan. Ceci entraîne une élévation du niveau des mers. Voir image ci-dessous:



    Comme mentionné dans les messages de sécheresse en Amazonie, la circulation de Walker est décalée dans le Pacifique tropical pendant El Nino, provoquant l'humidité évaporée de la terre et de la mer à se replier sur l'océan, plutôt que sur l'Amazone. El Nino provoque aussi une grave sécheresse sur l'Australie et le séchage de l'Afrique australe, en Inde et en Asie du Sud-Est, une grande partie de l'humidité terrestre finit par revenir dans l'océan aussi.

    Des recherches récentes, Llovel (2010), a constaté que les bassins fluviaux tropicaux, comme l'Amazonie, sont le principal contributeur aux échanges de masse d'eau entre l'EL Nino / La Nina, et l'Amazone est un contributeur majeur à la variation saisonnière aussi. Pour plus de clarté, j'ai marqué à la figure 3 avec l'emplacement des 8 principaux bassins fluviaux tropicaux qui contribuent aux fluctuations ENSO à base du niveau des mers. Notez comment tous les bassins fluviaux tropicaux ont tendance à se dessécher durant la phase El Nino. Maintenant, comparez avec la période Mars 2010 - Mars 2011, qui était sous l'emprise d'une puissante La Nina:



    Tous les bassins tropicaux, en dehors du Congo, ont gagné plus d'eau tout au long de la dernière de La Nina. L'énorme augmentation de la masse d'eau sur le continent australien est assez difficile à manquer aussi. Pas surprenant étant donné l'énorme inondation là-bas dans la dernière année.

    Cette fluctuation régulière du niveau de la mer (chute au cours de La Nina, et la hausse des cours El Nino) a été observée tout au long de la période de contrôle de niveau de la mer par satellite (depuis 1993) . Notez que l'Indice ENSO multivarié (MEI, une mesure de l'ENSO), et la variation du niveau des mers liée, avec des fluctuations autour de zéro. En d'autres termes ENSO ne contribue pas à  l'élévation du niveau de la mer à long terme.



    Relier les points

    Nous recevons régulièrement des affichages "sceptiques"  ici, en soulignant la forte baisse du niveau de la mer en 2010, mais il semble ne jamais se demander pour eux pourquoi niveau de la mer a chuté. Que l'eau n'a pas seulement disparu comme par magie, c'est tout simplement trouvé un nouveau foyer temporaire sur la terre, que les résidents du Vermont aux Etats-Unis ont malheureusement peu connu. Mais ce n'est que temporaire, finalement tout ce que l'eau contenue dans les lacs, les zones humides, les rivières, les sols et la végétation va trouver son chemin dans l'océan, et le niveau de la mer augmentera de nouveau. À long terme, il faut s'attendre à ce que  la mer devrait continuer à augmenter, mais ne soyez pas surpris s'il ya un grand nid de poule ou dos d'âne, le long du chemin.

    http://www.skepticalscience.com/sea-level-fall-2010-intermediate.htm

      La date/heure actuelle est Mar 16 Oct - 16:30